Mahajanga

Mahajanga.

Majunga en nom francisé et Massali au XVIIIe siècle est une ville portuaire de la côte nord-ouest de Madagascar, capitale de la province de Mahajanga et chef-lieu de la région Boeny. Elle se trouve à l’embouchure du fleuve Betsiboka, sur le canal du Mozambique, à 550 km au nord-ouest d’Antananarivo. Son aire urbaine est estimée à 244 279 habitants en 2014.

La ville occupe sur des terres calcaires et alluviales, l’extrémité de la rive nord de l’estuaire de la Betsiboka, descendue -avec son affluent l’Ikopa- des hauts plateaux de l’Imerina. L’estuaire s’élargit en une baie de 10 km de large (baie de Bombetoka), pénétrant si profondément dans les terres que la rive opposée paraît à l’observateur être celle d’une île.

La ville originelle est dominée par une colline haute d’une soixantaine de mètres, dite Androva, (du nom de l’ancien palais royal merina, le Rova). La colline porte un phare, l’hôpital public universitaire, et une caserne. Au pied d’Androva, du côté de la baie, le quartier historique dit « Mahajanga Be » est percé de larges avenues, avec de beaux bâtiments administratifs à varangues et persiennes de la période coloniale (la Résidence (1902), le Tribunal, la Trésorerie) mais aussi des édifices publics « modernistes » en béton armé constituant une collection assez remarquable, (cinémas, magasins, bureaux, cathédrale), datant des années 1950 à 1970.

Sur le flanc d’Androva, le Plateau des Tombes, encore appelé Mangarivotra, est une zone résidentielle de grandes villas, dominée par un grand bâtiment administratif dit le « Bloc ». Autour de ce plateau sont édifiés plusieurs établissements scolaires (Lycée Saint Gabriel, Collège de Simon de Montfort, collège FJKM, Lycée d’état Ph. Tsiranana, Collège Nicoletta).

La promenade du front de mer, dite « Le Bord », ponctuée par un baobab emblématique, (circonférence de 14 mètres) attire tous les soirs une foule de Majungais et de touristes ; le dôme d’une vaste succursale de la Banque nationale (Banky Foiben’i Madagasikara) lui ajoute depuis 2005 un cachet néo-oriental. Il est bienvenu : en arrière de cette voie littorale se trouve le cœur historique de Mahajanga Be, le quartier des mosquées et madrassas indo-pakistanaises, de différents rites, parfois très anciennes. Mahajanga Be, lieu de premier établissement des communautés venues de l’Inde au rythme des moussons, s’est un peu assoupie, avec ses rues sablées, ses maisons souvent fermées. La Pointe aux Sables porte un vieux sémaphore et l’École de navigation malgache (ENEM).

Plus proches du nouveau centre de gravité de la ville, plus animés et bien plus densément peuplés, sont les quartiers dits de Manga, aux abords de l’Hôtel de ville ou Lapan’y tanàna, construit en 1955 (fresques de Gianeli et bas-reliefs de Leclerc.)

faisant face au siège du district, ou Faritany) et celui de Mahabibo (Marché important et grande mosquée Comorienne). Ils se trouvent au croisement des deux axes routiers majeurs de la ville : celui vers la RN4 menant à Antananarivo, à 560 km) et celui vers l’aéroport (6 km) et les plages (12 à 15 km). Le bâti n’excède jamais cinq étages, avec des vastes espaces peu construits en arrière des façades, tandis que le commerce informel s’est emparé du trottoir en avant de celles-ci.

À l’est de ce centre relativement dense, la croissance de la population est forte dans des quartiers populaires et plus récents : l’Abattoir et Morafeno, développés sur un plan en damier tandis que ceux d’Ambalavola, de Tsararano, encore champêtres vers 1980, se densifient de façon plus désordonnée. L’habitat précaire s’y consolide rapidement. (Ils sont mieux desservis par le bitumage récent (2011) des voies d’accès, et la réfection des passerelles sur le canal du vallon Metzinger, exutoire vers l’estuaire du fleuve.)

La marée peut en effet atteindre des amplitudes importantes à Mahajanga, (4 mètres en vives-eaux) inondant régulièrement certains quartiers bas le long du fleuve comme Aranta, quartier de pêcheurs aux terre-pleins fragiles consolidés par des sacs de sable. Mais de nombreux autres quartiers sont inondables plus exceptionnellement, notamment ‘Tsararano ambany, Fiofio, lorsque au flux de la marée s’ajoute la crue de la rivière Betsiboka et l’effet d’une dépression cyclonique. Ils occupent un espace naturel quasiment plat de 500 hectares à proximité immédiate du centre-ville. Ce vallon Metzinger regroupe 10 fokontany et près de 80 000 habitants. Sa situation en zone de bas-fonds en fait une zone fréquemment inondée et insalubre (il constitue notamment un foyer dangereux d’épidémies de choléra, la dernière datant de 1999). Cependant, il voit sa population en accroissement rapide, la pression foncière poussant les habitants à s’installer dans le vallon, très souvent de manière informelle.
Un réseau d’assainissement à ciel ouvert avec un canal de 3 km, collectant des canaux secondaires permet l’évacuation des eaux usées vers l’estuaire de la Betsiboka. Cet aménagement a permis de limiter les périodes d’inondation grâce à une évacuation plus rapide des eaux, mais a cependant « provoqué un afflux important de la population sur les zones nouvellement drainées » selon ses promoteurs (Ircod Alsace et CUM de Mahajanga.)

Intimement liée au régime des eaux de l’estuaire, la ville basse est donc particulièrement sensible aux effets du changement climatique et notamment à l’élévation du niveau des océans.

L’extension de Mahajanga se fait aussi vers le Nord sur des terrains plus élevés, extension résidentielle dans le quartier d’Ambondrona, près de l’université et du Lycée français (collège F. Dolto), et plus populaire vers le nord-est, à Antanimasanjo le long de la RN4 où se trouvaient des usines de textile jadis importantes (Sotema, Fitim), et où a été créé à partir de 1999 le village d’entreprise du VIM (Villagio Impreza Madagascar).

 

 

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mahajanga de Wikipédia en français (auteurs)